mercredi 26 septembre 2012

Le plus beau métier du monde (rien à voir avec Depardieu)



Hier soir, j’ai regardé Baby Boom à la télé…

Pardon, je rectifie : hier soir, j’ai « brait » devant Baby Boom à la télé. La saison 2 est semble-t-il aussi chargée en humidité lacrymale que la première : impossible d’y résister, l’inondation se produit avec l’arrivée de chaque nouveau-né, soit à peu près 3 ou 4 fois par émission.

L’avantage, c’est que ce genre de programme n’est pas très plébiscité par la population masculine, qui s’extasiera plus facilement devant un ballon lancé à tout berzingue au fond d’une cage de but : on peut donc se la regarder toute seule avec son kleenex et ses yeux de lapin russe et se moucher en paix.

Ce que je trouve intéressant dans cette émission, au-delà des témoignages de mamans triées sur le volet pour leur accouchement ou leur situation familiale atypique (femme enceinte de triplés, fille-mère,…) et qui nous rappelle qu’être maman est avant tout le plus beau des choix, c’est que cette émission donne l’occasion de mettre en lumière un métier oh combien indispensable : celui de sage-femme.


J’ose même espérer que cette émission suscitera des vocations, aussi bien chez les filles que chez les garçons : la sage-femme qui s’est occupée de moi lors de mon premier accouchement était en fait un homme, que l’on appelle plutôt « maïeuticien » dans ce cas précis où la sage-femme porte un slip et fait pipi debout. Mon gynéco étant aussi un homme, j’avais un peu l’habitude d’avoir un homme qui allait farfouiller dans mes affaires privées et ça ne m’a absolument pas posé de problème. Je trouve d’ailleurs que c’est tout à fait dans l’ère du temps.

Avant d’arriver dans une salle d’accouchement, je ne connaissais que vaguement le métier de sage-femme. Tant qu’on n’a pas pratiqué, difficile de se faire une idée précise de la profession.

Aujourd’hui, après deux passages de tunnel, je rejoins l'avis de Coralie, la jeune fille-mère de 17 ans qui accouche d’une petite fille dans l’épisode 1 de la saison 2, qui dit qu’il s’agit du plus beau métier du monde. J’ajouterais qu’il s’agit de l’un des plus utiles et des plus difficiles, émotionnellement et physiquement parlant, mais probablement aussi l’un des plus passionnants.

Cette émission permet quelque part de rendre justice et de donner un grand coup de chapeau à ces personnels. Les mamans le savent bien : à la maternité, dans la salle de travail puis dans la salle d’accouchement, on ne voit quasiment pas le médecin (heureusement d’ailleurs car en général c’est mauvais signe), ce sont les sages-femmes et autres maïeuticiens qui font tout le boulot.

Ce sont eux qui vous accueillent à votre arrivée à la maternité en vous introduisant deux doigts en guise de bienvenue, ce sont eux qui jugent quand vous êtes mûre pour le démoulage du Flanby, ce sont eux qui vous rassurent quand vous flippez et que vous dites « non, laissez-le où il est, je ne veux pas qu’il sorte, j’ai trop mal, je vais mourir », ce sont eux qui vous guident et vous conseillent pendant l’accouchement, ce sont eux qui rassurent le papa à coup de « Venez voir Monsieur, on voit ses cheveux ! » (et accessoirement aussi mon intérieur…), ce sont eux qui donnent les premiers soins au nouveau-né et ce sont eux qui animent l’atelier couture parfois aussi à la fin.

Ils sont indispensables et, pour avoir eu affaire à eux par deux fois, je tenais à les remercier et à les féliciter pour leur travail en écrivant un billet, après avoir vu l’émission d’hier soir (entre deux tire-jus, j’ai pensé à vous).

Je garde pour ma part un excellent souvenir des personnes qui se sont occupées de moi, qui ont su se montrer très professionnels et à l’écoute… à part quand l’une de sages-femmes m’a dit, alors que la Princesse était au bord du gouffre : « attendez, ne poussez pas, on finit d’accoucher une autre dame et on arrive ». Je me suis sentie un peu seule, à serrer les fesses en silence pendant une dizaine de minutes alors que la puce sonnait frénétiquement à la porte, mais, allez, je ne leur en veux pas…

Un article tout en poésie aujourd’hui, vous ne trouvez pas ?



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 21 septembre 2012

J’ai testé le coffret Tiniloo de septembre 2012 (concours)

Je n’avais  pas encore succombé jusqu’ici à la folie des boxes en tout genre, de type My Little Box, même s’il m’est arrivé de tenter ma chance à différents concours sur la blogo pour en remporter une.

J’ai tout de même eu l’occasion de me faire ma propre idée sur l’une d’entre elles, grâce à au coffret Tiniloo du mois de septembre 2012, sur le thème « Vive la rentrée », que j’ai reçu vendredi dernier, pile poil le jour de l’anniversaire de ma Princesse. Un cadeau bonus en quelque sorte.



Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, il s'agit d'un coffret de 4 à 6 produits pour bébé, envoyé à domicile, pour 19,90 € par mois. Les produits sont choisis en tenant compte de son âge.

J’ai bien conscience que je ne suis pas la cible idéale de ce genre de coffret : ma fille vient d’avoir 3 ans, elle se trouve donc dans la limite d’âge des enfants auxquels s’adressent ce coffret.

Parlons un peu de l’emballage : une boîte cartonnée en kraft marron qui a l’énorme avantage de pouvoir être déposée dans la plupart des boîtes aux lettres standard. Il n’y a rien de plus pénible que de recevoir un colis et de devoir attendre le second passage du facteur le lendemain ou aller poireauter à la Poste pour le récupérer. La couleur du carton m’a déçue, je m’attendais à une boîte colorée ou, à défaut, blanche. Passons sur ce détail, ce qui compte c’est le contenu.

J’ai testé le coffret pour les filles, j’ai donc du farfouiller sous le papier de soie rose pour trouver les produits. L’effet de surprise et le pic de curiosité sont là : j’ai eu l’impression d’avoir l’âge de mon fils et de déballer mon cadeau de Noël !

Je suis tombée de suite sur le dépliant de présentation du coffret, qui s’avère être tout à fait indispensable car j’avoue avoir eu l’air d’une poule qui a trouvé une brosse à dents devant certains produits ! Il permet de présenter les produits en quelques lignes, d’en donner le prix et de renvoyer vers le site Internet du fabricant le cas échéant.

Le premier article que j’ai sorti de la boîte, c’est un petit livre cartonné avec une histoire de Caillou, un petit garçon dont je n’avais jamais entendu parler jusque-là. C'est le produit le plus utile pour moi dans ce coffret : je l’ai donné à ma fille pour qu’elle le feuillette, en attendant de lui lire l’histoire un peu plus tard. Ce livre est tout à fait adapté à un enfant de 2 ans : l'histoire est bien illustrée, elle n'est pas trop longue et la couverture cartonnée est résistante. 

Le deuxième article que j’ai pris, ce fut le petit coussin doudou que l’on peut accrocher à une poignée. J’ai trouvé ça vraiment très mignon, je l’ai suspendu à la porte de l’armoire de ma fille.

J’ai ensuite aperçu le logo de la marque Avent de Philips, une marque de qualité que j’apprécie et qui m’a accompagné ces dernières années. J’ai en effet exclusivement utilisé les biberons de cette marque pour l’alimentation de mes enfants car leur système anti-colique est très efficace. Le coffret contenait donc un jeu de couverts et un bol anti-dérapant. Je n’ai plus l’utilité de ce genre de vaisselle mais je pense les offrir à une jeune maman car ils sont très jolis.

L’avant-dernier produit que j’ai sorti, c’est le cadeau pour la maman : un bracelet en coton à nouer. Le fil m’a l’air très fin, j’espère qu’il tiendra le choc à mon poignet car je serais vraiment peinée de le perdre.

Enfin, quand j’ai sorti les deux derniers articles, je me suis demandée pourquoi ce coffret contenait une salière et une poivrière (j’étais à jeun, rassurez-vous). C’est là que l’utilité du dépliant de présentation m’est apparue : il s’agissait en fait de deux bouchons-capsules que l’on visse sur une bouteille d’eau pour obtenir une boisson aux plantes destressante. Je n’ai pas encore goûté ce charmant breuvage mais je compte bien le faire, bien que je sois plus attirée par les boissons fermentées ;-)

Ce coffret coûte 24,90 € : j’ai additionné le prix de chaque article tel qu’il figure sur le dépliant et je suis parvenue à 48,80 €, le double donc.

Ce coffret m’a plu car il propose des produits innovants et, pour les plus connus, de qualité. L’effet de surprise est aussi très addictif.

Le concept est encore jeune et très innovant, il lui faudra quelques mois pour se faire connaître et trouver sa clientèle : je le souhaite à ses deux créatrices.

Pour plus d’informations, c’est par ici : www.tiniloo.com


*************************************************************************************************

Afin que vous puissiez vous faire votre propre idée sur ce coffret, Tiniloo vous propose de gagner la même box que celle j'ai testée, celle de septembre donc.

Conditions obligatoires (sans quoi je ne comptabiliserai pas votre participation, avouez que ce serait dommage !) :

  1. Me laisser un commentaire sous cet article avec une adresse e-mail valide (1 seule participation par foyer).
  2. Liker la page Facebook de Tiniloo ici.


Chances supplémentaires :

  • Liker ma page Facebook ici (+ 1 chance)
  • Partager ce concours sur Facebook (+ 1 chance), sur Twitter (+ 1 chance) et/ou sur Hellocoton (+ 1 chance) - m'indiquer les liens en commentaire.
Le concours prendra fin mardi 25 septembre 2012 à minuit : je tirerai au sort les gagnants grâce à Random.org et je posterai leurs noms en édit de cet article mercredi.

Un grand merci à Tiniloo et  bonne chance à tous !

*************************************************************************************************


Edit du 26 septembre 2012 : le moins que l’on puisse dire, au vu des nombreuses participations, c’est que ce concours vous a plu. Je n’ai malheureusement pas pu les valider toutes, bien souvent parce que les conditions obligatoires n’étaient pas respectées, ce qui est bien dommage… 

Voici donc le numéro gagnant :




Et le numéro 23 correspond à Emeline ! Bravo !

Envoie-moi tes coordonnées au plus vite à l’adresse suivante : maman.est.occupee[at]gmail.com

Je remercie une nouvelle fois Tiniloo pour avoir accepté d’offrir ce coffret ainsi que pour avoir partagé le concours sur son propre mur Facebook.


Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 18 septembre 2012

De l’or pour mon visage




J’ai eu l’opportunité de tester la sève protectrice dermo-relaxante 1ère rides de la marque Edenens sur un coup de chance.

J’ai en effet gagné le baume fondant originel corps Edenens sur le blog www.smootheries.fr il y a quelques mois mais, celui-ci étant en rupture de stock, la marque m’a très gentiment fait parvenir un tube de sève protectrice dermo-relaxante 1ères rides pour me faire patienter.

D’un point de vue purement commercial, je n’ai pas souvent vu des marques effectuer ce genre de geste : en règle générale, quand un produit se trouve en rupture de stock, tu fais comme Martine et au mieux, tu en choisis un autre sinon tu t'en passes. Là, je salue l’initiative et je remercie la marque au passage, au cas où ce billet leur passerait sous les yeux

Edenens figurait déjà en bonne place dans mon estime, suite au test concluant du lait soyeux velouté pour le corps (à lire ici), également gagné dans le cadre d’un concours sur un blog : ce double cadeau n’a donc fait que renforcer ce sentiment.

Cette sève protectrice dermo-relaxante 1ères rides coûte 21,80 €, pour un tube de 40 ml : vous conviendrez qu'il s’agit là d’un beau cadeau bonus.

J’avoue que le terme de « sève » pour désigner une crème anti-rides m’a quelque peu interpellée : elle a été baptisée ainsi car elle est élaborée à partir d’ingrédients d’origine végétale. Elle contient de l’huile de buriti, un palmier originaire de la Forêt Amazonienne, dont les propriétés sont reconnues pour protéger la peau de la pollution, des effets du stress, du rayonnement UV et donc du vieillissement. Elle contient également du buddleia, également très joliment appelé Arbre à Papillons en raison de ses fleurs dont les papillons se nourrissent, et qui contribue à préserver l’ADN des cellules.

Ce soin est très agréable à utiliser et ce pour plusieurs raisons.

J’ai d'abord été très étonnée par la couleur jaune or de la sève lors de la première utilisation : une première !

A l’application, la sève, dont la texture est assez légère, un peu comme une émulsion, apporte une grande sensation de fraîcheur à la peau.

L’absorption est très rapide : j’ai réservé l’utilisation de ce soin pour ma routine du soir car, pour l’avoir utilisé quelquefois le matin, j’ai trouvé qu’elle ne laissait pas ma peau suffisamment hydratée.

Par contre, son effet matifiant, comme poudré, est vraiment exceptionnel.

Le parfum de cette sève, fleuri, est lui aussi très agréable.

Les promesses d’une peau relaxée et éclatante sont tenues, selon moi. Il est toujours difficile de constater à l’œil nu une diminution des rides mais la peau semble tout de même lissée.

Je ne sais pas si j’achèterais de nouveau cette sève, j’ai d’autres pots à tester auparavant, mais elle fait sans aucun doute partie de mes produits de soin anti-rides préférés. D’autant plus qu’elle ne contient ni parabènes, ni huiles minérales, ni silicones, ni colorants.

Rendez-vous sur Hellocoton !