vendredi 31 mai 2013

Rubrique nécrologique de mai



Oh le pourri mois de mai ! Heureusement que nous avions de quoi nous cocooner dans la salle de bains…




1er cadavre : le déodorant Rexona Clear Aqua Crystal 

Je vous ai déjà parlé de lui l’année dernière (ici) et je n’ai pas changé d’avis le concernant. Ce déodorant est plus cher que les autres pour un résultat banal et une longévité identique.

Alors, allez-vous me dire : « Pourquoi l’a-t’elle racheté ? ». Tout simplement parce qu’il s’agissait d’un lot de 2. CQFD.

Prix : 3,44 € les 200 ml


2ème cadavre : le shampooing Dop 2 en 1 ultra démélant à l’amande et à la fleur d’oranger

Je ne dis pas souvent du mal des produits Dop : ils sont en général originaux et de qualité mais il fallait bien une exception à la règle. La voici : le shampooing 2 en 1 à l’amande et à la fleur d’oranger.

Mon problème ne concerne pas le flacon, très économique et qui fait donc plaisir à l’oursin du portemonnaie. Il ne concerne pas non plus le parfum de ce shampooing, suave et agréable.

Non, ce que je reproche à ce shampooing, et qui fait que je ne le rachèterai pas, c’est la grande difficulté à s’en débarrasser. Les loulous ont deux natures de cheveux différentes : mon Grand a les cheveux épais, ma Princesse a les cheveux fins mais, dans les deux cas, ce shampooing est une vraie plaie à rincer. J’ai eu beau vider le ballon d’eau chaude sur leur tête et n’utiliser qu’une misérable noix de gel sur leurs cheveux, la plupart du temps, de la mousse se formait au contact de la serviette au moment de les sécher. Et ça, c’est rédhibitoire pour moi.

J’ai quand même terminé le flacon, devant l’insistance de l’oursin du portemonnaie, mais je ne le rachèterai pas, d’abord parce que l’idée qu’il y ait un risque qu'il reste un peu de shampooing dans leurs cheveux me gêne beaucoup et d’autre part, parce qu’il est hors de question que je paye des factures d’eau record à cause d’un pu…. de shampooing… J’en ai déjà assez des factures de gaz (à cause du chauffage, qui est toujours allumé… un 31 mai).

Prix : 3,10 € les 400 ml


3ème cadavre : le gel douche Le Petit Marseillais à la pêche blanche et à la nectarine

Je vous ai déjà parlé de ce gel douche ici : je l’aime beaucoup.

Nous en avons liquidé un nouveau flacon ce mois-ci - normal : j’ai acheté ce gel douche en trois exemplaires (quand on aime, on ne compte pas).

Et je le rachèterai encore, parce qu’il sent bon, qu’il se rince bien et que son prix est tout mini.

Prix : 1,90 € les 250 ml


4ème cadavre : le gel douche Sanex Dermo-Protecteur 

Ce gel douche à l’allure épurée est un classique de la salle de bains. Je l’utilise pour le bain des enfants et il a toujours autant de succès.

Je vous invite à aller faire un tour ici, pour lire mon avis le concernant.

Prix : 2,60 € les 250 ml


5ème cadavre : le shampooing – douche Ushuaïa fraîcheur intense 

Vous le savez, j’aime beaucoup utiliser les gels douche plutôt réservés à la gent burnée. Je trouve que leurs parfums sont toujours plus intenses et plus tenaces que les gels douches plus « féminins ».

Celui-ci n’échappe à la règle : il m’est arrivé plusieurs fois de sentir des effluves de son parfum marin plusieurs heures après m’être douchée.

En l’achetant, je me doutais bien qu’il ne me décevrait pas, comme la plupart des gels douche Ushuaïa que j’ai testés. Et puis sa couleur bleu azur est très belle : c’est une teinte originale pour un gel douche, c’est le premier que je vois de cette couleur, que l’on doit à la présence de minéraux marins arctiques.

Ce gel douche peut s’utiliser aussi en tant que shampooing : je n’ai pas essayé, Papa est occupé non plus mais c’est possible.

Son prix est très raisonnable, comme tous les gels douche de la marque : nul doute que je le rachèterai.

Prix : 2,55 € les 250 ml


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 29 mai 2013

Chut, les enfants lisent # L'étoile de Noël



Après quelques jours en mode "blog off" (à mon grand désespoir d’ailleurs), je refais surface aujourd’hui pour participer au rendez-vous hebdomadaire initié par Yolina Devinequivientbloguer : Chut, les enfants lisent.

Je tiens en effet à vous présenter un livre que j’ai gagné sur le site Plus de mamans l’année dernière, quelques jours avant les Fêtes  : il s’agit de L'étoile de Noël, paru en novembre 2012 aux éditions de l'Elan Vert.


Ce livre fait partie des plus beaux de la collection de mon Grand : il est de très belle qualité, fabriqué avec grand soin, et les illustrations, dont vous pouvez voir un aperçu sur ma photo moche, sont vraiment très jolies. Mon Grand ne possède pas beaucoup de livres de ce genre, ce qui le rend d’autant plus précieux à mes yeux.

Lorsque je l’ai lu la première fois à mes loulous, ce livre nous a vraiment plongés dans l’ambiance de Noël : je pense que les illustrations très colorées et le coup de crayon de l’illustrateur n’y sont pas étrangers. D'ailleurs, la Princesse, qui n'a pas semblé très intéressée par l'histoire, fut au contraire assez sensible aux illustrations.

Le ton de l’histoire est celui du conte, qui, s'il contribue à apporter un peu plus de la magie de Noël au texte, rend toutefois le récit moins accessible aux jeunes enfants qui apprennent à lire car certaines tournures de phrases et quelques mots sont assez difficiles à comprendre. 

Nous avons d'ailleurs été très surpris par le récit, qui parvient à mêler l’histoire des Rois Mages et la légende du Père Noël. J’ai trouvé cette histoire vraiment très bien ficelée et j’avoue avoir été bluffée par la façon dont l’auteur a réussi à combiner ces deux histoires pour parvenir à produire un récit qui soit crédible.

C’est donc un livre que vous prendrez plaisir à lire avec vos enfants quelques jours avant le 25 décembre, pour vous plonger dans la féérie de Noël, mais aussi tout au long de l’année : dans la mesure où il raconte l’histoire d’un Roi qui vivait dans un pays où l’hiver ne connaissait pas de fin, je crois que vous n’aurez – malheureusement - pas de mal à vous plonger dans l’ambiance... 

Ce livre de 32 pages, écrit par Bernard Villiot et illustré par Frédérick Mansot, est conseillé pour les enfants à partir de 4 ans ; il coûte 12,70 €. Pour vous le procurer, vous pouvez aller faire un tour sur le site de l’éditeur, l’Elan Vert, juste ici. 

Ce billet constitue ma participation à Chut, les enfants lisent.

 
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 23 mai 2013

La Princesse : 3 ans et une vie sociale



J’ai encore pris un bon gros coup de vieux récemment : le traître m’a une fois de plus frappée au moment où je m’y attendais le moins. C’est ainsi qu’un soir, en allant chercher la Princesse à l’école, elle m’a tendu une sorte de carte postale cartonnée : c’était une invitation à un anniversaire !

La Princesse, âgée de 3 ans et demi, est donc invitée à son premier anniversaire… Quand je pense qu’hier encore elle portait des couches et buvait son lait au biberon, ça m’a fait un coup. Un de plus, me direz-vous, je vais finir par m’y habituer.

Nous nous sommes donc rendues entre filles – car les anniversaires, c’est moi qui m’y colle - le jour dit au lieu dit. Nous arrivons sur place, qui s’avère être une aire de jeux pour enfants avec pleins de structures gonflables partout. Je n’avais jamais emmené les loulous là-bas, c’était donc l’occasion de tester l’endroit.

Photo : toute-la-franchise.com

Après avoir tourné plusieurs fois pour trouver où garer ma Maserati, le parking relativement restreint étant pris d'assaut et me laissant comme une légère angoisse quand au nombre d'enfants braillards que nous allions trouver à l'intérieur, nous entrons dans l’espèce de grand hangar qui abrite les structures gonflables. Nous sommes pile à l’heure, la Princesse est en mode « vie sociale », elle est sage et il s’avère qu’elle sera adorable jusqu’au bout de l’après-midi.

Je m’attendais à être olfactivement assaillie par une forte odeur de panards… mais non. L’endroit est récent, climatisé et plutôt propre, à en juger par le sol (c’est mon côté Marie-Pierre Casey – seuls les plus de 30 ans comprendront).

Première surprise : nous sommes les premières arrivées. Fait étonnant, certains parents arriveront avec presque une demi-heure de retard. Cela m’a surprise et un peu choquée, je l’avoue : j’ai pour habitude de respecter un horaire lorsqu’on m’invite – c’est si rare –, c’est pour moi une question de courtoisie vis-à-vis de l’invitant. Serais-je devenue vieille France ? Décidément, j'ai pris un coup de vieux.

Je fais connaissance avec les parents du petit garçon qui fête son anniversaire, tout en déshabillant et en déchaussant ma fille pour la mettre en chaussettes. Je me fais expliquer les règles du lieu : apparemment, je suis la seule à n’avoir jamais fréquenté l’endroit et je sens une pointe d’étonnement chez les autres parents, qui me fixent à cet instant comme si j'avais un reste de mayo au coin de la bouche. Je note alors mentalement de dresser la liste des endroits du coin que tout parent normal doit connaître et de m’y rendre très vite afin d’anticiper les prochaines invitations.

La Princesse est très à l’aise : le petit garçon est un copain de sa classe, j’ai d’ailleurs soupçonné plus tard qu’il était son amoureux car je l’avais vue lui caresser la joue quelques jours auparavant à l’école. Aujourd’hui, j’ai un doute puisque Papa est occupé l’a vue la semaine dernière en grande conversation avec un autre petit garçon, qui serait apparemment son amoureux. Quand je vous disais que ma fille avait une vie sociale… visiblement digne des Feux de l’Amour.

La Princesse prend vite possession des lieux : le fait est qu’elle s’amusera non-stop pendant deux heures, avec une interruption au moment de la dégustation du gâteau. C’est d’ailleurs la seule qui a mangé quasiment la moitié de sa part. Il y eut effectivement un immense gâchis, l’un des enfants étant allergique à certains ingrédients du gâteau, les autres étant tout simplement trop impatients d’aller jouer pour manger.

Pour ma part, j’ai eu mon instant de fierté car ma fille a mangé et bu proprement et s’est très bien comportée tout au long de l’après-midi, à part au moment de partir où, après lui avoir répété environ 273 fois « Maintenant, on s’en va », j’ai fini par passer en mode warrior, comprenez : retirer mes chaussures et affronter un château gonflable sans me croûter lamentablement devant l'assistance, pour la forcer à descendre de la structure et à me suivre pour se rhabiller.

Concernant l’endroit par lui-même, je le trouve tout à fait adapté pour une séance de défoulement d’environ 2 heures. Au-delà, les enfants commencent à en avoir fait le tour. Le lieu n’est pas très grand, il accueille 2 premières structures accessibles en fonction de l’âge, un couloir de luge, une structure un peu plus importante avec un grand toboggan, des piscines à balles, des sacs de boxeurs et des trampolines. J’ai aperçu également dans un coin un espace réservé aux tout-petits, plus au calme, ce que je trouve plutôt bien.

J’ai apprécié le fait de ne pas pouvoir sortir du lieu sans que l’un des gérants ne vous actionne la porte d’accès à l’accueil. Néanmoins, j’ai gardé à l’œil la Princesse et je l’ai suivie à la trace tout au long de son parcours car, même si son prénom nous avait été demandé à l’entrée, rien n’empêche un salopard de l’emmener : c’est mon côté « mère italienne ».

Ce que j’ai moins apprécié, c’est la présence de jeux, vidéos notamment, et de petits manèges du type de ceux que l’on retrouve dans les supermarchés. Sachant que l’entrée pour un enfant coûte environ 10 € selon les âges, j’ai trouvé un peu fort de café d’avoir à débourser encore pour que les enfants puissent les utiliser. L’oursin était furax quant à lui, qui plus est quand il a jeté un œil au prix des consommations : 6 € pour un morceau de quiche, quand je pense au nombre de tartes que je prépare dans une année, l’idée m’a traversé l’esprit d'installer une guérite sur le parking pour les vendre. Le prix des boissons est du même tonneau, si je puis dire. Je pense qu’il faut donc éviter de venir les jours de canicule, à moins d’avoir contracté un prêt bancaire au préalable.

Je fus néanmoins satisfaite de mon après-midi et surtout du comportement de la Princesse. Et je crois que pour la vie sociale, elle est prête….



Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 16 mai 2013

Une maman est née



Tu ne liras probablement pas ces lignes, à moins que tu ne tombes dessus par hasard sur Internet mais je doute que tu aies le temps de surfer en ce moment.

Car cette date est à marquer d’une pierre blanche : cette nuit, tu as rejoint la grande communauté des mamans. Hé oui, comme on dit, « le Flanby est démoulé ».


Aujourd’hui est donc nécessairement le plus beau jour de ta vie, ou bien l’un d’entre eux, je peux l’écrire sans risquer de me tromper.

Car une chose est sûre, jusqu’à la fin de tes jours, que je te souhaite vieux mais pas trop pollués par le 127 521ème épisode des Feux de l’Amour, tu te souviendras de cette journée et surtout de cette nuit où ton fils est né : a-t’on idée de se pointer à plus d'1 heure du mat’, franchement ?

Malheureusement, et ce ne sont pas les autres mamans qui me contrediront, même si tu a commencé à découvrir certaines choses sur la maternité (va donc voir ici, tu vas comprendre), je crains que ce ne soit pas la seule fois où ton sommeil sera troublé. A l’occasion, j’irais déposer un cierge à l’église du coin pour que ton loulou fasse ses nuits très vite, tu verras, tu me remercieras un jour.

Pourtant je sais déjà que tu ne lui en voudras jamais de te réveiller en hurlant en pleine nuit, alors que si ton cher et tendre te faisait ce coup-là toutes les nuits, il dormirait déjà dans le garage.

Car tu vas très bientôt te découvrir de nouvelles qualités que tu ne soupçonnais même pas jusque-là et parmi elles, probablement la plus importante : la patience, surtout quand il te faudra ramasser la tétine de ton loulou pour la 37ème fois de la journée (j’exagère à peine tu verras), changer une couche atomique 6 voire 7 fois par jour et j’en passe.

Je vais même aller plus loin et je suis sûre d’avoir raison : non seulement tes nuits vont être hachées mais tu vas en redemander ! Tu ne compteras bientôt plus les fois où tu te seras relevée en pleine nuit, sans raison particulière, juste pour écouter ton fils respirer et pour voir s’il dort bien.

Ton endurance face à la fatigue va aussi augmenter : tu vas voir de quoi tu es capable et je parie que tu n'aurais jamais soupçonné de telles capacités jusque là. Et puis un beau jour tu auras même les yeux dans le dos (je t'explique tout ).

Car tu verras, être mère, c’est trouver la force de se dépasser, de dire à la fatigue qui ne manquera de venir te harceler bientôt qu’elle ne t’aura pas, que ce corps qui n’est plus tout à fait celui de tes 20 ans n’est pas si mal comme ça finalement et que tu n’aurais pas cru réussir à enchainer une journée quasi non-stop sans avoir une minute à toi… car tu auras la plus belle des contreparties en échange de tous ces efforts : ton fils à tes côtés.

Bienvenue parmi nous jeune maman et bienvenue aussi à lui...

 
Rendez-vous sur Hellocoton !