mercredi 30 septembre 2015

Rubrique nécrologique de septembre


C'est une nécro bien chargée qui nous attend en ce mois de septembre : il faut préciser que les flacons ont une fâcheuse tendance à canner tous en même temps, allez savoir pourquoi.

Parmi les 7 cadavres, on recense toutefois beaucoup de "déjà vu" : ce sera l'occasion de réviser votre "maman est occupée" pour bien commencer l'année scolaire !



1er cadavre : l'huile de douche satinante Ushuaïa à l'huile de Monoï et de goyave

Cette huile de douche - qui n'en est pas une en réalité, comme je vous le disais ici - a décidément tendance à descendre trop vite. Ce deuxième flacon a confirmé mon impression sur ce produit, qui fait bel et bien partie de mes gels douche préférés, et qui, en plus, n'est pas cher. Je le rachèterai donc les yeux fermés.

Prix : 2,55 € les 250 ml.


2ème cadavre : le déodorant Le Petit Marseillais à l'huile essentielle de sauge et à la fleur d'oranger

Le premier dédorant de cette variété que j'avais testé (ici) m'avait laissé une piquante impression : j'ignore bien pourquoi, ce petit frère ne m'a pas semblé aussi nul que le premier. Il s'est avéré moins irritant, avec une odeur agréable et plutôt efficace. Serais-je tombée sur un mauvais exemplaire la première fois ? Le doute est permis.

Une chose néanmoins n'a pas changé : son prix, toujours un peu excessif.

Prix : 3,45 € les 200 ml.


3ème cadavre : le gel nettoyant douceur corps et cheveux de Topicrem

Ce gel nettoyant a fait son retour dans le vanity des loulous : souvenez-vous, je l'avais reçu en test il y a quelques mois déjà de la part de la marque.

Son petit format et sa grande douceur sur la peau en ont fait le candidat idéal pour intégrer le vanity des vacances des loulous. Et une fois de plus, il a très bien fait son job, surtout sur une peau un peu malmenée par le chlore de la piscine du camping (purée, que cela semble loin déjà...).

Inutile de vous rappeler que je vous conseille ce produit, notamment pour le bain des bébés car il vraiment très doux et sent très bon.

Prix : 5,50 € les 200 ml.


4ème cadavre : le gel douceur sans savon corps et cheveux de Cadum 

J'ai gagné cet énorme flacon, difficilement transportable il faut bien l'avouer mais néanmoins très pratique avec sa pompe, sur un blog. Faut-il vous préciser que sa longévité sur le rebord de la baignoire fut exceptionnelle ? Sa grosse contenance est en effet toute indiquée pour les familles nombreuses, d'autant plus que sa pompe, qui permet de doser parfaitement le produit, le rend très économique.

Quant à son efficacité, il n'y a rien à redire : son parfum très discret et sa grande douceur sur la peau conviendront à tous. Je le rachèterais peut-être, sachant qu'il existe en 2 formats différents, 400 ml et 750 ml, et qu'il fait par conséquent partie des chouchous de l'oursin du portemonnaie.

Prix : 5,45 € les 400 ml


5ème cadavre : la crème douche nourrissante de Nivéa

Je crois que j'ai été un peu dure avec cette crème douche : je l'ai d'ailleurs choisie pour intégrer mon vanity des vacances, privilégiant la douceur et le côté crémeux pour chouchouter ma peau après la piscine.

Il semble que je me sois habituée à son parfum, certes toujours un peu trop fleuri à mon goût, et que sa longévité nous ait bien arrangée, à une période de l'année où les douches se doivent d'être aussi fréquentes et fournies que les apéros.

Son prix reste néanmoins un peu élevé, même si j'ai acheté ce lot de deux flacons en promo. Je ne pense pas le racheter, ou alors à l'occasion d'une indécente remise.

Prix : 4 € les 250 ml.


6ème cadavre : l'exfoliant pieds Byphasse au sable blanc de Bora Bora

J'ai gagné cet exfoliant et quelques autres produits sur un blog. Je l'avoue, je ne l'ai pas utilisé uniquement pour l'exfoliation de mes panards : non, moi, j'exfolie tout ou rien !

Ce gommage n'a pas duré très longtemps de ce fait, puisque j'ai utilisé plus de produit que prévu et qu'il a tout de même une contenance aussi originale que limitée : 172,5 ml. Curieux, avouez.

Son utilisation s'est avérée agréable : j'ai beaucoup apprécié sa douceur et son efficacité et son parfum de menthe douce (et puis du sable blanc de Bora Bora, tout de même ça fait rêver, même si j'ai du mal à croire que cet exfoliant en contienne). Pour le rincer, aucun problème non plus.

Seul bémol : son prix un peu too much, comparé à sa contenance. De toute façon, je ne comptais pas le racheter, alors.  

Prix : 3,50 € les 172,5 ml.


7ème cadavre : la lotion hydratante corps Açaï Chocolate d'Ikove

Encore un soin gagné sur un blog... d'ailleurs, le concernant, je ne crois pas qu'il aurait pu atterrir dans ma salle de bains par un autre biais. En effet, ce produit est vendu chez Nature & Découvertes, boutique que je ne fréquente ni physiquement, ni virtuellement.

Cette lotion hydratante de couleur grège a un parfum vraiment particulier : c'est un mélange d'odeur de chocolat et de café, je trouve. Concernant son efficacité, j'ai pris beaucoup de plaisir à l'utiliser car elle hydrate vraiment bien et s'avère rafraîchissante, grâce à sa texture crémeuse, juste ce qu'il faut.

Le seul problème que j'ai rencontré avec ce flacon, c'est à la fin : il fut difficile de racler les dernières gouttes, d'autant plus que le pot est opaque et qu'il s'avère donc impossible de savoir s'il en reste à l'intérieur ou pas.

Son prix aussi est un peu rébarbatif : 19,95 € les 250 ml, ça reste tout de même très cher, même pour un soin naturel.

Prix : 19,95 € les 250 ml.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 22 septembre 2015

Sessions d'approfondissement


22 septembre. Seulement. J'ai l'impression que la rentrée scolaire a eu lieu il y a une éternité. C'est peut-être parce que les loulous sont déjà un peu fatigués et que les jours raccourcissent à une vitesse dingue. Oui, cette année, la fin de l'été me rend plus triste que d'habitude mais je ne sais pas pourquoi : peut-être parce que les beaux jours sont arrivés tardivement, chez nous, au-delà du mur.

Toujours est-il que toute la famille a repris son rythme habituel et ses activités, professionnelles ou scolaires. Et, pour aider les loulous à progresser, j'ai reçu quelques ouvrages bien utiles de la part de mes partenaires de blog.

Tout d'abord, afin de compléter (ou de réviser) les acquis de CP, j'ai reçu ce très beau manuel : la méthode de lecture traditionnelle Rémi et Colette. Il s'agit d'une réédition, dépoussiérée et modernisée, de l'ouvrage qui date de 1947.



Cette méthode se décompose en chapitres, qui abordent chacun différents sons et syllabes. Le livre n'est pas très épais (96 pages) mais il est très agréable à feuilleter et simple à appréhender car les leçons sont à la fois courtes et joliment illustrées.

Avec la Princesse, nous abordons le livre dans l'ordre, chapitre après chapitre : cela me permet de voir ou de revoir avec elle, mais avec un abord neuf, les points qu'elle a abordé ou qu'elle étudiera en classe. N'étant pas enseignante de métier (scoop !), j'apprécie particulièrement la présence en bas de page d'une annotation indiquant les points importants de la leçon sur lesquels il faut être attentif et insister. 

 
Comme d'hab', on clique sur les photos pour les agrandir

J'aime aussi beaucoup l'univers un peu vintage de ces deux personnages, dont le dessin très enfantin est à la fois joli et rassurant pour l'enfant. Quand au prix de la méthode, il s'avère très abordable, puisqu'il ne coûte que 8 €.

Si la Princesse a reçu de quoi l'aider à progresser dans l'apprentissage de la lecture, mon Grand n'a pas été en reste. D'ailleurs, je vous laisse imaginer les cris de joie qui ont accompagné l'arrivée du colis contenant ceci :



Oui, l'enthousiasme a atteint un niveau jamais égalé à la vue de ce cahier d'exercices de maths de CM1, qui se présente comme un complément aux devoirs donnés en classe. Cet ouvrage propose 24 séances d'exercices, censées durer environ une demi-heure chacune - mais elle devrait probablement nécessiter plus de temps, connaissant mon Grand et son goût prononcé pour les chiffres.




Les différents exercices permettent de revoir ou d'approfondir le programme de maths vu en classe. Je pense réserver ce livre d'exercices pour les vacances scolaires : il permettra à mon Grand de réviser un peu quelques acquis, sans que cela ne soit trop contraignant, ni trop long en termes de temps. Et puis ça lui fait tellement plaisir !

Ce manuel d'exercices est issu de la collection Les Petits Devoirs, édité par La Librairie des Écoles. Cette collection propose des exercices adaptés à toutes les classes - pour que vous puissiez vous aussi faire plaisir à vos loulous, il n'y a pas de raison - et dans la plupart des matières (grammaire, orthographe, calcul,....). Pour consulter tous les manuels disponibles, rendez-vous ici, sur leur site Internet.

Cette collection peut notamment s'utiliser dans le cadre du soutien scolaire : les cahiers d'exercices ont été conçus par des enseignants et restent plutôt digestes, avec un nombre de pages raisonnable, tout comme leur prix, puisque chaque exemplaire coûte 6,60 €.

Je pense que ce manuel va m'être bien utile pour aider mon Grand avec les maths, avec lesquels il a toujours un peu de mal : le temps de travail sur ce manuel restera suffisamment court pour permettre un entrainement efficace, pas trop pénible, et, sans s'en rendre vraiment compte, l'acquisition d'automatismes de travail. 

Moins pédagogique mais toutefois bien plus apprécié que le précédent ouvrage - on se demande bien pourquoi d'ailleurs - mon Grand a reçu à sa grande surprise mais surtout à sa grande joie, ce très beau livre :




Je ne serais d'ailleurs pas étonnée qu'il me demande un de ces jours l'autorisation de l'emmener à l'école pour le montrer aux copains, aussi fans de Pokemon que lui. Je le vois souvent en lire quelques pages, à ma grande surprise, car je croyais bien que le temps des Pokemon tirait à sa fin. Je crois même qu'il s'agit de son livre de chevet du moment...

Il faut dire qu'il s'agit là d'un très beau livre: ce Guide de Kalos, à la couverture bien épaisse et au contenu fourni, a été édité par les Livres du Dragon d'Or et coûte 12 € pour 128 pages. Je n'y connais pas grand chose mais je crois savoir qu'à l'intérieur, tous les Pokemon sont présentés avec leurs caractéristiques : aucun doute, cette "bible" plaira aux fans, d'ailleurs, ce livre pourrait bien constituer une idée de cadeau d'anniversaire ou de Noël pour les plus mordus d'entre eux.





Alors, que pensez-vous de ces nouveautés ? Quelles sont celles qui vous intéressent ?



Livres offerts par les Éditions Magnard, la Librairie des Écoles et les Livres du Dragon d'Or que je remercie.




Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 16 septembre 2015

Nous avons testé les soins capillaires Klorane


Il y a quelques semaines déjà - le temps file à une vitesse, c'est dingue - j'ai reçu de la part des Laboratoires Pierre Fabre, partenaires de ce blog, quelques soins capillaires Klorane pour test.

Je dois bien avouer que, jusqu'ici, Klorane n'était pas la marque qui me venait spontanément à l'esprit quand j’envisageais d'acheter un nouveau shampooing. Il faut dire également qu'il y a plusieurs années, je suis restée sur un souvenir un peu décevant de cette marque, avec un shampooing que j'ai désespérément tenté de faire mousser, sans succès, sachant que pour moi, un shampooing qui ne mousse pas, même si je sais que c'est assez décapant pour la chevelure, je trouve ça désagréable à utiliser : on ne sait jamais si on a utilisé trop ou trop peu de produit et s'il reste encore du shampooing à rincer.

Et puis les Laboratoires Pierre Fabre m'ont envoyé ce pochon (et là, ma vie a changé) :


J'ai utilisé l'intégralité de ces soins depuis, même le pochon, dont je me suis servie pour trimballer mes produits d'hygiène en allant à la piscine, en juillet dernier. Le pochon contenait 3 soins de la gamme au dattier du désert, adaptée aux cheveux secs (ce qui est mon cas) : j'ai donc reçu le shampooing, le baume après-shampooing et la crème de jour sans rinçage. J'ai été gâtée, oui, d'ailleurs je remercie beaucoup la marque pour cette belle découverte.

J'utilise le shampooing depuis plusieurs mois maintenant - il m'en reste un fond que l'oursin du portemonnaie m'encourage vivement à racler - et je dois dire qu'il n'est pas exclu que je le rachète un jour (quand j'aurais éclusé le stock de shampooings qui me reste). Il sent vraiment très bon, avec un parfum un peu musqué qui pourrait bien plaire aux hommes d'ailleurs, et sa texture un peu nacrée est vraiment parfaite à utiliser : ni trop liquide, ni trop épaisse. Peu de produit suffit et, la bonne nouvelle, c'est que ce shampooing mousse ! Me voilà donc réconciliée avec Klorane !

J'utilise actuellement le baume après-shampooing en complément : on le laisse poser 3 minutes et on le rince, voilà qui est très pratique pour moi qui vit avec un chronomètre greffé dans la main pendant la semaine. Les deux soins se rincent très bien, pas besoin de vider une nappe phréatique, et le résultat est vraiment concluant : mes cheveux ont retrouvé du volume, même ma coiffeuse m'a dit lors de ma dernière coupe que mes cheveux étaient plus beaux et semblaient vraiment revitalisés.

J'ai également testé la crème de jour sans rinçage à l'occasion de nos vacances au camping cet été : je l'ai utilisé quasi-quotidiennement, après le shampooing, afin de chouchouter mes cheveux après m'être tournée en ridicule dans les toboggans la piscine. Hé bien, le chlore et le soleil n'ont pas eu raison de ma chevelure !

Ce que j'apprécie, c'est que ni le baume après-shampooing, ni la crème de jour ne sont gras : ils sont tous deux agréables à utiliser, surtout la crème de jour sans rinçage, qui ne te donne pas l'air d'un vieux mafioso à la retraite une fois appliquée. La crème de jour a notamment un côté pratique, à ne pas négliger, puisqu'elle ne nécessite pas d'être rincée.

Je suis donc tout à fait séduite par cette gamme car les résultats obtenus en termes de réparation sur mes cheveux abîmés et cassants sont vraiment encourageants. D'ailleurs, je n'exclus pas de me procurer un de ces jours le masque de la même gamme : il me fait de l’œil avec sa couleur gourmande! 

Le prix de la gamme reste dans mon budget, moi qui n'achète jamais de soins capillaires d'hyper : le shampooing coûte environ 5 € (et comparé à sa durée de vie et sa qualité, je peux te dire que le prix est on ne peut plus correct), le baume environ 7 € et la crème de jour environ 10 €.

Parallèlement à la gamme de soins capillaires au dattier du désert, j'ai reçu également pour test deux shampooings secs Klorane, l'un extra-doux au lait d'avoine, l'autre à l'ortie, séborégulateur et donc adapté aux cheveux gras :


Comme je fréquente de temps en temps les blogs beauté, je connaissais le principe mais je n'avais encore jamais testé ce type de shampooing. Alors, je m'y suis collée, ainsi que Papa est occupé qui les a utilisés après ses séances de sport.

C'est le côté pratique de ces shampooings qui est intéressant et innovant : ils s'utilisent à sec, sans avoir besoin de mouiller la chevelure. Ils peuvent s'utiliser en alternance avec un shampooing "classique" et permettent de retrouver une chevelure nette et saine vite fait bien fait (et ça, ça plaît aux mâles qui n'ont jamais le temps de rien, enfin surtout pas de s'occuper de leurs tifs).

Je n'aurais jamais eu l'idée d'acheter un shampooing sec et pourtant, ils ont trouvé leur utilité sans problème dans notre quotidien. Le concept est très intéressant car ce type de shampooings peut être tout à fait adapté après les séances de sport mais aussi, même si c'est moins gai, lors d'une hospitalisation, par exemple. Son mode d'utilisation est simple : on agite le flacon, on pulvérise sur la chevelure, on poireaute quelques minutes et on enlève les résidus avec une brosse.

Leur prix reste abordable : il faut compter environ 7 € et leur durée de vie est tout de même assez longue, puisqu'il s'agit d'un produit de complément, à usage occasionnel donc.

Et vous, avez-vous déjà utilisé un soin capillaire Klorane ? Qu'en pensez-vous ?



Produits offerts par les Laboratoires Pierre Fabre, que je remercie.





Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 14 septembre 2015

Jusqu'à quand ?


Aujourd'hui, la Princesse fête ses 6 ans. Oui, encore un coup de vieux, oui.



Il est difficile pour moi de ne pas vous parler d'elle aujourd'hui - les autres jours aussi, d'ailleurs, et de son frère, aussi - alors je cherche quoi écrire depuis ce matin, sachant qu'il est compliqué d'être un peu originale pour mettre cet anniversaire en mots, dans un billet.

Et puis ce midi, je suis tombée sur un post écrit par Coralie sur son blog C'était comment avant ?, idée reprise par ma copine Alameresi, et j'ai trouvé l'idée tout à fait adaptée à cette journée toujours particulière. Alors j'ai laissé courir mon imagination - tu sais à quel point elle peut être fertile - et cela m'a inspiré ceci :

Jusqu'à quand...

Jusqu'à quand lècheras-tu systématiquement mes cuillères, quelqu'en soit le contenu (appareil à quiche salée, gâteau au chocolat et j'en passe), en toute gourmandise avec ton papa ?

Jusqu'à quand nous réclameras-tu des dizaines de bisous et de poutous avant de t'endormir ?

Jusqu'à quand pourrais-je choisir ta tenue du jour ?

Jusqu'à quand pourras-tu rouler à tombeau ouvert (et à front, aussi, souvent) avec ton premier vélo ?

Jusqu'à quand aurais-je le privilège d'aller te chercher à l'école ?

Jusqu'à quand utiliseras-tu ta marche pour faire ta toilette ?

Jusqu'à quand devrais-je fermer la braguette de ton jean ? (s'applique également à ton frère)

Jusqu'à quand boiras-tu du chocolat chaud le matin ?

Jusqu'à quand répéteras-tu tes enchainements de gym dans le salon, martyrisant ce pauvre vieux canap' qui a tout de même résisté à tous les vomis de ta jeunesse ?

Jusqu'à quand aimeras-tu Princesse Sofia, Barbie et toutes les autres ?

Jusqu'à quand accepteras-tu ma main dans la tienne sur le chemin de l'école ?

Jusqu'à quand les doudous te souffleront-ils des mots doux pour t'endormir ?

Jusqu'à quand me laisseras-tu te lire des histoires ?

Jusqu'à quand joueras-tu au ballon avec ton  frère et moi ?

Jusqu'à quand nous appelleras-tu à la rescousse, depuis les toilettes, parce que "Maman, j'ai fait un gros cacaaaaaaaaaaaa!"

Jusqu'à quand chanteras-tu à tue-tête les chansons de Louane et le générique de Princesse Sofia ?

Et jusqu'à quand pourrons-nous dire que tu es notre petite fille ? Ah non, pour celle-ci, je crois connaître la réponse...


Bon anniversaire, ma grande...

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 10 septembre 2015

Chronique de la misère ordinaire


Depuis plusieurs jours maintenant, je n’éprouve plus aucun plaisir, ni aucune motivation pour regarder les infos le soir à la télé : il y a encore quelques semaines, c’était un moment convivial et détendu de la fin de journée mais là, j’ai vraiment l’impression de n’y trouver que des mauvaises nouvelles.

Il y a bien sûr le drame des migrants, qui nous a éclaté en pleine figure, avec des dizaines de nouvelles victimes quasi-quotidiennement ;  je n’ai pas besoin de rappeler  cette photo du petit Aylan, largement diffusée par les medias et qui a fait couler beaucoup d’encre, chez les blogueurs notamment. Perso, je l’ai prise en pleine face cette photo, au format A3, en pleine une du Monde, journal auquel nous sommes abonnés au bureau.

Guère plus réjouissantes, les apparitions télé répétées de l’homme normal qui nous annonce des baisses d’impôts dont on ne voit pas la couleur : bien au contraire, à moins d’avoir de sérieux problèmes en maths, moi, j’ai constaté une hausse de 300 € cette année sur les miens. Avec ça, il pourra faire plusieurs pleins à son scooter et aller acheter des croissants à Julie, pour la consoler de son absence de carrière.

Mais ce n'est pas tout : il y a aussi des anciens ministres qui insultent les journalistes comme du poisson pourri, des salariés dont on fait annoncer la fin de carrière publiquement à une heure de grande écoute par les collègues,  le sourire bien vissé aux lèvres, une fille et son père qui en arrivent à se déchirer publiquement, trop aveuglés par les irrésistibles sirènes du pouvoir, des patrons aux indemnités de départ indécentes, dont le centième servirait à faire bouffer une famille complète pendant plusieurs mois...

Et puis, il y a eu Bastien.

Et là, c’est la goutte qui a fait déborder le vase.

Le malheur de Bastien, c’est pour moi une nouvelle illustration du summum de la connerie humaine et de la déchéance. Le genre de fait divers que tu lis dans le journal ou dans les actualités sur Internet et qui t’envoie la gerbe au bord des lèvres. Pareil que pour Marina en son temps.

Je vais tenter de te résumer en quelques lignes le drame vécu par Bastien, si par bonheur tu as échappé à l’évocation de cette histoire dans le journal : Bastien, c’est un petit bonhomme de 3 ans, décédé dans le lave-linge familial où son père l’avait enfermé, puis « lavé » et « essoré » parce qu’il n’avait pas été sage ce jour-là à l’école.

T’en veux encore ? Y’a qu’à demander : pendant que Bastien "tournait", sa connasse de mère – désolé, y’a pas d’autre mot – faisait un puzzle avec sa fille aînée dans la pièce à côté et n’est intervenue à aucun moment pour stopper le calvaire de son fils. Vu le niveau mental de la mère, j’ai du mal à l’imaginer faire un puzzle d’ailleurs, je la verrais plutôt mater Les Chtis à Las Vegas à la télé, mais bon, soit.

Maintenant que tu as lu tout ça, on va te dire que le père est malade, avec une tumeur au cerveau (parce qu’il en avait un ?) récidivante, qu’il était souvent alcoolisé (on l’aurait parié !) et se fumait un petit bedo par-ci, par-là. On ajoutera que Bastien n’était pas un enfant désiré par ses parents et que sa mère s’était d’ailleurs aperçue de sa grossesse au moment d’accoucher. On dira aussi que la famille faisait l’objet d’un dossier auprès des services sociaux et qu’il y avait déjà eu des alertes concernant un possible drame à venir.

Voilà, voilà.

Mais tout ça, ça excuse quoi ? L’horreur de la scène que tu visualises très bien à la lecture de l’article ? La mort du petit garçon, décédé dans des souffrances dont la moindre représentation mentale ferait frémir toute personne normalement constituée ? L’état de dépravation des parents, qui eux auraient mieux fait de ne jamais venir au monde ? 

Comment imaginer que ce genre d’histoire peut arriver ? Comment peut-on être tordu au point de commencer à imaginer un truc pareil ? Je ne sais pas, je ne peux même pas me figurer que ce soit possible, je ne m’explique comment des gens peuvent avoir des idées pareilles. Ça me dépasse, c’est quelque chose que je ne saurais tout simplement jamais accepter.

Et là, il me vient une pensée de Coluche, qui décidément tombait souvent tout à fait juste et qui disait : « Encore un couple qui a eu un enfant parce qu’il ne pouvait pas avoir de chien ».

Oui, c’est tout à fait ça.

Reste à espérer que les parents vont être condamnés par la Justice, bien que ça m’écharpe de penser que je vais nourrir ces Ténardier-là en prison, avec l’argent de mes impôts.

Mais le pire, c’est que des Bastien il y en a beaucoup d’autres et il y en aura encore beaucoup d’autres. Des Bastien et des Marina aussi.

Heureusement, avec le surplus d’impôt que je vais payer cette année, les services sociaux vont pouvoir recruter du personnel et éradiquer tous ces bourreaux d’enfants.

C’est beau de rêver, hein… mais malheureusement, il ne me reste plus que ça.

Une petite lueur d'espoir, pour qu'un jour tous ces drames-là cessent enfin...
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 7 septembre 2015

Semaine de rentrée : check !


Voilà, c’est fait, elle est terminée, cette première semaine de septembre, synonyme de reprise du rythme (effréné) de nos journées de parents et d’écoliers.

Les loulous sont bien rentrés, avec beaucoup de courage et de résignation (à défaut d’avoir de la motivation). C’est un mot qui s’applique d’ailleurs également très bien à la mienne, de rentrée : résignation. J’y ajouterais aussi désintérêt mais c’est un sujet trop rasoir pour que je vous cague avec toutes mes histoires pro.

Mon Grand a donc fait sa rentrée en CM1 : il n’a retrouvé qu’un seul copain de sa bande dans sa classe mais comme ils s’entendent très bien, cela ne pose pas de problème. La team des Avengers se retrouve donc désormais au grand complet à la récré. Sa maîtresse m’a fait bonne impression, elle semble sympathique, en tout cas, mon Grand l’apprécie (et c’est bien là l’essentiel).

La Princesse a également fait sa rentrée : chez les grands, en CP… mais pas comme nous l’aurions voulu. Elle n’est pas avec l’enseignant que nous aurions souhaité pour elle mais ce n’est pas le pire problème : la Princesse est séparée de toutes ses copines. Elle se retrouve donc seule en classe. J’ai senti la moutarde me monter au nez le jour de la rentrée, d’autant plus que, pour la seconde année consécutive, elle se tape une classe à double niveau.

La situation ne me plaît pas beaucoup et je suis par conséquent très attentive à son comportement, à son bien-être ainsi qu'au débriefing de ses journées - conclusion : avant j’étais chiante avec mes questions mais là, ça vire carrément à l'interrogatoire. Seul point positif de l'affaire : c’est encore l’occasion pour moi de constater à quel point ce petit bout de demoiselle a un caractère fort et bien trempé ainsi qu'une bonne dose de joie de vivre, du haut de ses presque 6 ans (dans une semaine). Elle aussi semble apprécier sa maîtresse toutefois mais c’est bien la seule bonne nouvelle de sa rentrée.

Malgré la rentrée, les souvenirs de nos vacances sont encore bien présents (peut-être davantage que les autres années d'ailleurs, j'ignore bien pourquoi). Vous l’avez peut-être constaté, il y a eu quelques silences radio sur le blog en août (mais pas beaucoup) : en effet, après un séjour au Domaine de Chantilly, nous sommes partis nous dorer le fondement dans le Midi (par chez moi, il faisait 14°C mi-août alors, hein, j'ai des excuses pour me barrer).

Nous avons passé de très bonnes vacances et cela n’a d’ailleurs pas amélioré notre motivation pour la reprise, si ce n’est pour la reprise d’une semaine supplémentaire de vacances :-)

J'ai rencontré Manny pendant les vacances et son pote Diego aussi, si si...

Heureusement, maintenant que je suis de retour au bureau, il me reste quelques souvenirs bien visibles de mes vacances : un peu de bronzage (le bidet s’est coloré un poil) mais aussi les traces de mes piqûres de moustiques. Elles ne me grattent plus mais j’ai encore la marque (et les croûtes aussi : c'est la minute "glamour toujours") d’une dizaine de piqûres : voilà ce que c’est d’aller faire le guignol avec les enfants aux soirées du camping…

Pourtant, nous n’étions pas partis à vide car quelques jours avant notre départ, j’avais reçu ce lot de produits de la part de Para’kito :

Les photos ont été prises en intérieur, à cause de la flotte !

Nous avons été bien équipés avec 2 bracelets pour adultes (à 13,90 € pièce), 2 bracelets pour enfants, un roll on apaisant après-piqûres et un second roll on, préventif celui-là.

Premier pré-requis : il faut supporter l’odeur de la citronnelle. Chaque bracelet contient en effet une plaquette de répulsif qui sent très fort la citronnelle, conçue pour protéger une quinzaine de jours, ainsi qu'une recharge. Nous ne les avons pas portés (j’aurais peut-être dû, d’ailleurs mais bon), un peu à cause de l’odeur de citronnelle, je l’avoue, mais nous les avons posés sur nos tables de chevets respectives la nuit. Bilan : il semblerait que la peau de blogueuse soit très goûtue, avec du retour, car c’est moi qui ai le plus dérouillé. Papa est occupé a eu 2 ou 3 piqûres et les enfants aucune (et c’est tant mieux). Je pense que j’ai dû être subir l’attaque le soir sur la terrasse, par conséquent je ne peux pas incriminer le bracelet : je n’avais qu’à le porter, pauvre crétine que je suis, d’autant plus qu’il était plutôt joli – et puis, bon, après avoir dansé Corde à sauter devant tout le camping, je suis la preuve vivante que le ridicule ne tue plus.

J’ai du coup bien utilisé le roll on apaisant qui nous avait été offert : je l’ai trouvé efficace car il est vrai qu’il soulage très bien en cas de démangeaisons. Il dépose un léger film de gel apaisant sur la peau, pas gras du tout, à base d’huiles essentielles et d’extrait de plantes : il convient à toute la famille (sauf aux bébés) et ne contient pas de parabènes. Pratique, il se glisse dans n’importe quel sac, d’ailleurs je l’ai encore dans le mien (j'oublie systématiquement de le ranger). Vous le trouverez au prix de 9,80 € sur la boutique en ligne de Para’kito ou en pharmacies.

J’ai très peu utilisé le roll on préventif, tout simplement parce que je n’y ai pas pensé, un peu toutefois vers la fin des vacances, dans la zone où se situaient mes piqûres, pour éviter que l’infestation ne se propage (et pour ne pas finir par ressembler au regretté Coluche dans Banzaï). Ce roll on préventif qui dépose un gel de protection coûte également 13,90 € et peut s’avérer très utile, en complément du bracelet, dans les zones à risque, là où les moustiques t'empalent plutôt qu'ils ne te piquent : avec un équipement pareil, à moins de tomber sur un moustique kamikaze, je crois que tu ne crains plus rien.

La sympathique provision de Para'Kito nous a donc bien servie, même si, depuis que nous sommes rentrés, nous avons rangé les bracelets en attendant la prochaine saison estivale, tout simplement parce que la température extérieure oscille depuis entre 6 et 14°C... Et puis surtout, les moustiques n'ont pas fait la même erreur que nous : ils sont restés dans le Midi, eux ! Et ils ont bien de la chance...

- Produits offerts par Para'Kito, que je remercie -

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 2 septembre 2015

Comment nous avons visité gratuitement le Domaine de Chantilly - 3ème partie


Chose promise, chose dûe, il me reste à clore ma série de billets consacrés à notre visite au Domaine de Chantilly le mois dernier (les deux premiers épisodes sont à lire ici et ) : voici donc le 3ème billet.

Si je te dis que les loulous ne sont pas prêts d'oublier leur séjour à Chantilly, surtout leur première nuit à l'hôtel, tu me croiras aisément. Après une nuit réparatrice et un petit-déjeuner gourmand à l'Auberge du Jeu de Paume, nous avons libéré les chambres (oui, oui, "les") et repris le cours de nos visites.

Nous sommes allés visiter le Musée du Cheval. Arrivés juste à l'ouverture, nous avons pu aller saluer les élégants pensionnaires qui résident dans les écuries : j'ai toujours adoré les chevaux, ce sont des animaux admirables, pleins de grâce et de sensibilité. J'ai regretté de ne pas pouvoir les caresser mais je m'en suis tenue aux consignes et me suis contentée bien sagement de les admirer à distance. La Princesse n'était pas très rassurée en leur présence, il faut dire qu'ils sont grands et plutôt impressionnants pour une petite fille de 5 ans... et aussi qu'elle n'est généralement pas très à l'aise en présence d'animaux, quels qu'ils soient.

Ceux-ci, dans la cour intérieure et devant l'entrée du Dôme, sont encore plus impressionnants !

Nous nous sommes ensuite dirigés vers les expositions consacrées au cheval et à son environnement : le musée est très récent et l'historique présenté est assez intéressant à visiter, même si le thème ne nous était pas totalement étranger. Les loulous ont pris plaisir à parcourir les différentes salles car les collections qui y sont visibles sont très accessibles : mention spéciale pour les magnifiques chevaux de carrousel que l'on peut y admirer.

Les photos ont toutes été prises par mon Grand : nous avons trouvé quoi lui offrir à Noël !

Une part de l'exposition est également consacré au rôle indispensable qu'a longtemps tenu le cheval dans l'agriculture : ce fut l'occasion d'insister auprès des enfants sur la relation privilégiée que l'homme a toujours entretenu avec ce magnifique animal et compagnon et sur leurs propres ancêtres, qui ont connu cette façon de travailler et, plus généralement, ce mode de vie.

Le pantacourt existait déjà à l'époque !


Avant de revenir voir le spectacle équestre sous le Dôme, prévu en début d'après-midi, nous sommes repartis vers le Château, de l'autre côté de la route, pour y déjeuner à La Capitainerie, l'un des deux restaurants du Domaine situé dans les anciennes cuisines du Château, celles-là mêmes qui ont accueilli le malheureux Vatel pour l'organisation des festivités de 3 jours organisées en l'honneur de Louis XIV et qui se donna la mort le deuxième jour, déshonoré par un poisson livré en retard... Au mur, à l'entrée du restaurant, on peut d'ailleurs y lire une lettre de la Marquise de Sévigné qui retrace l'incident.

Nous avions prévu au départ d'y déjeuner le premier jour mais un car de touristes chinois avaient déjà assiégé les lieux : je vous conseille donc, comme nous l'avons fait, de réserver votre table pour assurer le coup. D'autant plus que la cuisine y est excellente, moderne, à des prix tout à fait abordables et que le patron est vraiment très commerçant. Nous avons apprécié notre déjeuner là-bas, même si nous gardions un œil attentif sur notre montre puisque nous avions prévu d'assister au spectacle équestre "Cheval, rêve et poésie" sous le Dôme des Écuries.

Le spectacle a duré une demi-heure et nous a beaucoup plu (enfin, Papa est occupé, la Princesse et moi car mon Grand n'a curieusement pas accroché du tout). Avant le début du spectacle, nous avons pu admirer le cadre magnifique offert par le Dôme. Le spectacle m'a semblé duré à peine quelques minutes : les démonstrations sont raffinées et le travail réalisé par les cavaliers et les animaux est remarquable, notamment l'acrobate, qui prend vraiment beaucoup de risques pour un numéro au top. Les chevaux sont d'excellents artistes, bien mis en valeur, appliqués et semble-t-il très à l'aise : ce spectacle est vraiment une belle réussite, à ne pas négliger pour sa visite. 

Après le spectacle et avant de partir, nous avons conclu notre séjour par un passage par l'aile ouest des Ecuries, qui nous a permis d'admirer notamment de superbes carrosses : l'occasion de rappeler à la Princesse qu'il s'agissait du mode de transport privilégié des vraies princesses ! - non, je n'ajouterais pas qu'aujourd'hui, nous avons des chevaux sous les capot et un âne au volant...

Nous avons passé 2 jours inoubliables là-bas : je remercie encore une fois Minireyve pour nous avoir proposé ce concours et tout le personnel du Domaine de Chantilly et de l'Auberge du Jeu de Paume pour l'excellent accueil qui nous a été réservé.
 
J'espère vous avoir donné envie d'aller rendre visite au Domaine de Chantilly : n'oubliez pas que les Journées du Patrimoine approchent et qu'il s'agit en général d'une bonne opportunité pour s'organiser une petite visite à moindre coût (même s'il sera difficile de faire mieux que nous !).





Rendez-vous sur Hellocoton !