Mes soldes chez Tape à l'oeil... ou l'art de la divination

Pour ce premier billet depuis ma reprise bloguesque, on va parler de Tape à l'œil, tu sais, cette chaîne de magasin de vêtements pour enfants, sur le compte bancaire duquel tu peux faire virer ton salaire directement deux fois par an, en période de soldes.

En effet, si j'ai manqué d'inspiration ces derniers temps, aujourd'hui, je n'en manque pas : figure-toi que je suis bien remontée.

Je t'explique : si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu sais que les soldes représentent deux moments très difficiles à vivre pour l'oursin du portemonnaie. Surtout cette période-ci d'ailleurs car je suis en train de renouveler la garde-robe de la Princesse, avec des vêtements de taille supérieure. Je suis donc à l'affût depuis le 28 juin dernier de tout vêtement plein de mignonnitude et à dominante rose pour vêtir la Princesse lors des prochaines périodes estivales. Je suis par conséquent plutôt patiente puisqu'il s'agit de trouver des vêtements qu'elle ne portera pas tout de suite.

J'ai ainsi vendu un œil chez Okaïdi, sachant que les ventes privées de Vertbaudet m'avait déjà coûté un bras. Et puis, bien entendu, je suis allée magasiner chez le Tape à l'œil du coin, qui s'est avéré fort dépourvu dans la taille souhaitée, en raison des ventes privées qui avaient précédé les soldes quelques jours auparavant (et dont je n'ai pas profité car comme tu le sais, le dernier qui m'a vu payer pour avoir une réduction n'est pas jeune).

Bien. Voilà que je me rabats sur la boutique en ligne de Tape à l'œil. je passe donc une première commande le 28 juin 2017, avec un stress pas croyable puisque je tenais absolument à profiter des 10 % supplémentaires sur les soldes, octroyées jusqu'à 14h le premier jour.

Puis, je passe une seconde commande le 3 juillet, validant ainsi un panier préparé depuis plusieurs jours en prévision de la 2ème démarque. Et c'est là que la machine s'enraye et que tout part en cacahuète : plus précisément quelques jours plus tard, quand je reviens faire un tour sur le site pour vérifier le statut de ma commande et que je m'aperçois que certains des articles que j'ai achetés pendant la 2ème démarque ont subi une nouvelle baisse de prix avec la 3ème démarque.

Ca, franchement, ça a le don de me gaver. Et, cette année, j'ignore si c'est à cause de la ménopause qui approche mais il m'est monté une bouffaïsse. Ni une, ni deux, j'ai reconstitué un panier avec les articles qui avaient baissé de prix, je les ai recommandés en 3ème démarque à -50 % et j'ai ramené ces mêmes articles, issus de la commande précédente, en magasin pour remboursement, encouragée façon pom pom girl dans ma démarche par l'oursin du portemonnaie.

Sauf que... Je n'avais pas calculé qu'il restait une dernière démarque à appliquer. Et donc certains articles en question ont donc encore baissé de prix, contrairement à la moutarde qui, elle, m'est bien montée au nez.

Tu le sens, je suis un peu "contrariée", on va dire. D'autant plus que Papa est occupé se fout bien de ma gueule quand il me voit transiter des colis pour gagner 70 centimes sur un article. Heureusement que l'oursin me soutient pleinement, ça compense.

Évidemment, je vous parle de Tape à l'œil parce que mon expérience récente avec eux m'a marquée (c'est le moins que l'on puisse dire) mais ils ne sont pas les seuls à pratiquer des baisses successives de prix qui irritent au plus haut point les radasses dans mon genre : je peux te citer Okaïdi, chez qui j'ai acheté le premier jour des soldes un t-shirt absolument choupinou, sans lequel la Princesse n'aurait pas pu survivre et que j'ai vu à -50 % il y a quelques jours... alors que je l'ai pécho à -20 % (dans un effort surhumain puisque un article sur lequel est appliqué une réduc' de - 20 % est une remise mais pas une solde, chez moi).

Mais le pire est à venir : figure-toi que l'un des articles achetés en soldes chez Tape à l'oeil (et qui a subi de nouveau une baisse de prix quelques jours plus tard) présente plusieurs défauts. Regarde  les 3 tâches blanches en bas sur la photo :


Hé bien, 3 autres tâches blanches comme celles-ci sont présentes dans le bas de cette robe et une sorte de tâche que l'on peut apparenter à de la rouille (c'est pas du chocolat, ce serait parti au lavage) ont également été détectées par mon radar de Mère Denis. Et, comme j'avais déjà lavé la robe et que j'avais enlevé les étiquettes, hé bien je l'ai dans le luc la balayette puisque je ne peux plus la ramener pour remboursement au magasin. Je suis vulgaire, oui, c'est signe que je m'énerve.

Car, oui, franchement, je suis bien bien vénère là pour le coup. Toutefois, comme je me force à voir le côté positif de l'affaire, j'en tire une bonne leçon, inspirée d'une fable de Jean de la Fontaine :

"A moins d'investir dans une boule de cristal afin d'anticiper le prix final et le stock restant des articles tant convoités chez Tape à l'œil et consorts, elle jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus"

Enfin... dès que j'aurais récupéré tout à l'heure mon dernier colis avec des vêtements recommandés à -50 % suite à baisse de prix. Même si je sais déjà que ma visite ne va pas me réconcilier avec l'enseigne : l'un des articles de ma commande est passé entre temps à - 60 %. Aaaaaaaaaaaaaaargh.

Et sinon, toi, tes achats soldesques : ça a donné quoi ? As-tu été plus fort que la démarque?

Commentaires

Mes billets qui vous plaisent bien :

"A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes" - proverbe chinois (et radin)